Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Article paru dans le Berry républicain du 30 janvier 2008.
(Voir le site dans la rubrique Liens)

L
a chanson « Vesoul » de Brel fête cette année ses quarante ans. Retour sur une incompréhension : pourquoi Vierzon la zappe-t-elle?

"Tapez Vierzon sur Google. Et regardez. Regardez le nombre de fois où le nom de la ville apparaît grâce à la chanson de Jacques Brel « Vesoul », surtout identifiée par « T'as voulu voir Vierzon? » Quarante ans après la sortie de son album « J'arrive » sur lequel le grand Jacques a couché « Vesoul », il serait peut-être temps de réhabiliter, à Vierzon, le chanteur en même temps que sa chanson.
C'est tout de même étrange que la ville n'ait jamais voulu saisir cette fabuleuse opportunité populaire pour asseoir son image. Plus étrange encore, jamais elle n'a cherché à contredire ses détracteurs : non, mille fois non, il n'y a rien dans la chanson de Jacques Brel qui soit péjoratif pour Vierzon. Pas plus que pour Vesoul, Anvers, Hambourg, Honfleur ou la gare Saint-Lazare?
Bien des hommages se sont succédés, pour d'autres, à Vierzon. Depuis longtemps, par exemple, la ville porte haut le verbe du chansonnier Maurice Mac-Nab dont le théâtre s'est entiché du nom. Bien sûr, il est vierzonnais. Bien sûr, il a chanté à sa manière Vierzon, à travers ses grèves « au métingue du métropolitain »? Vierzon a célébré Jean Marais et sa compagne Madeleine Sologne.
 Mais qui, mieux que Jacques Brel, a su porter le nom de Vierzon sur autant de lèvres à la fois?? Rappelons que la chanson « Vesoul » a été l'un des plus grands succès de Brel. Et que depuis quarante ans, par indifférence ou par désintérêt (volontaire ou involontaire), Jacques Brel est passé à l'as dans une ville qui lui doit (en grande partie) sa réputation qu'elle partage avec les tracteurs de la Française, les bouchons depuis longtemps résorbés, son n?ud autoroutier et ferroviaire et son parti communiste. La ville ne possède qu'une rue, baptisée Jacques Brel dans les années 80, sans plus de superlatifs.
Pendant ce temps-là, à Vesoul, (les cyclos-touristes vierzonnais et le Berry républicain s'y étaient rendus en 2006), la ville s'est entichée de son chanteur belge. « En donnant le nom d'un chef-lieu d'alors moins de vingt mille habitants à l'une des chansons de son avant-dernier disque (1968), Jacques Brel a assurément contribué plus que sa part au renom de la cité de la Motte, même si, allergiques à la géographie, les Français continuent souvent à situer Vesoul à la place de Toul ou de Vierzon. « T'a voulu voir Vierzon? » Bref, la France rurale profonde avant l'heure » avait écrit, le 10 octobre 1978, André Moissé, journaliste à l'Est Républicain de Vesoul. Mieux, « le grand Jacques, magistralement servi, il est vrai par Marcel Azzola, a paradoxalement créé avec cet incroyable pastiche de la valse-musette, l'archétype du genre, même aux oreilles de ceux qui détestent le flon-flon. C'est bien pour cela que « Vesoul » n'a jamais été accueilli à Vesoul, comme une raillerie ».
Une place, un collège, un festival annuel de chansons francophones, un mot sur son site Internet, tout différencie Vesoul de Vierzon dans la compréhension de l'impact de Brel sur ses deux villes. Point commun : Jacques Brel n'a chanté ni dans l'une, ni dans l'autre. Et les théories varient sur le choix des deux villes citées. Sans qu'aucune ne soit vraiment accréditée « En 1968, trente ans déjà, ce fut le mémorable « Vesoul » qui a failli s'appeler « Vierzon-Vesoul » et même « Azzola-Vesoul », ce que je n'ai pas accepté. On sait qu'il m'encouragea d'un « Chauffe Marcel ! » et cette apostrophe me poursuit encore affectueusement de la part du public » expliquait Marcel Azzola dans une interview au journal l'Humanité.
Et si la chanson s'était appelée « Vierzon-Vesoul », les choses auraient-elles vraiment changé ? Toutes les explications sont aujourd'hui vaines. Mais peu importe puisqu'elles forment le socle d'une légende qui contient Vierzon. Et ce ne peut pas être foncièrement mauvais."

Rémy Beurion
remy.beurion@centrefrance.com

Partager cette page

Repost 0
Published by